Cinq questions à ...

Ce chapitre propose les réponses qui ont été apportées à cinq questions – toujours les mêmes – posées à des personnes qui ont connu Martine Doytier. Libre choix leur a été donné pour, soit répondre aux questions, soit proposer leurs réponses sous d’autres formes.

Régulièrement, nous proposerons de nouvelles réponses à ces questions, publiées au fur et à mesure de leur réception.

Bonne lecture et merci de votre intérêt pour Martine Doytier !

Cinq questions à Gérald Thupinier
mars 2021

Quand et comment avez-vous connu Martine Doytier et quelles étaient vos relations ?

J’ai connu Martine en 1980 grâce à Marc Sanchez qui dirigeait la Galerie d’art contemporain des Musées de Nice, la GAC et qui était son compagnon. Lors d’un apéro chez eux, j’ai vu pour la première fois son diptyque et ce tableau m’impressionna beaucoup. Peu de temps après, Alin Avila passe à l’Atelier, rue Saint Vincent, où je travaillais avec Lanneau, Borsotto, Castellas, Sérée, Maurin. pour nous proposer une exposition à la Maison de la Culture de Créteil. Dès que j’ai compris qu’il voulait exposer un certain nombre de niçois, je l’ai conduit chez Martine, je crois que c’était un dimanche matin. Évidemment, elle a été du voyage ! En ce qui concerne nos relations, Céline, mon ex-femme, et moi sommes devenus les amis de Marc Sanchez et de Martine en même temps. Ce qui veut dire des déjeuners, des dîners, des pique-niques, des conversations, des rigolades, des moments de tension… Je crois pouvoir dire que Martine me faisait confiance, elle n’était jamais sur ses gardes avec moi. Elle sentait que je respectais sa peinture, pourtant éloignée de la mienne. Nous avions une relation franche, toujours le mot pour rire des autres et de nous-mêmes.

Pouvez-vous décrire le caractère et la personnalité de Martine, en tant que personne privée mais aussi comme personnalité publique ?

Séquence nostalgie : à cette époque, grâce à Marc Sanchez qui faisait de bonnes expositions à la GAC, tout le monde fréquentait tout le monde. C’était très vivant notamment lors des regroupements post vernissages assez  joyeux où se mêlaient des artistes, bien sûr, mais aussi Claude Fournet, le directeur des Musées de Nice, et d’autres personnalités du monde de l’art selon les expositions… Ce qui donnait lieu à des conversations, dont certaines ont pu être passionnantes, et à quelques engueulades aussi, bref du vivant ! C’était aussi le cas chez Ben avec ses « Pour et Contre ». Dans toutes ces circonstances, lorsque Martine était présente, donc en forme, malheur à celui qui dirait une bêtise… Mais Martine ne parlait pas de son travail directement, elle n’avait pas de programme. Elle parlait de ses difficultés à être peintre.
Pour être plus précis, il me faut distinguer la femme Martine du peintre Doytier. Martine voulait être reconnue, à commencer par le milieu niçois. On sentait bien qu’elle était rassurée d’avoir un mot de Ben dans son journal. Elle pouvait, à ce moment, se sentir moins seule, moins perdue. Mais le paradoxe, c’est que la peinture fait ce qu’elle veut et le peintre Doytier peignait ce milieu niçois englué dans une poubelle avec un Ben en clown triste et désabusé. A bien y regarder, le peintre Doytier se moquait de la Martine si fière de compter dans le milieu niçois. Il faut noter que les gens qu’elle aimait, par exemple son compagnon Marc, ne sont pas représentés dans la poubelle.
Il faut aussi parler de sa détresse, c’est-à-dire de sa lucidité comme peintre. Rien ne lui échappait, ni chez elle ni chez les autres et surtout pas avec tous les autres qui l’habitaient comme autant de déchirures : la mère, l’amante, l’amie, la peintre. Elle n’englobait pas tout ça, elle se débrouillait comme elle pouvait avec ses morceaux de vie.

Comment, dans les années 70-80, était perçu son travail d’artiste et quels étaient ses liens avec le milieu artistique ?

J’ai un très grand respect pour sa peinture et son parcours. De l’admiration aussi. Partie d’une peinture maladroite et qualifiée de naïve, elle a traversé ses remises en question pour trouver une peinture qui fait sens. Une peinture sans concession, obligeant le regard à voyager dans une multitude de détails, un peu comme chez Jérôme Bosch. Mais c’est une peinture déchirante parce qu’elle contredisait son désir de reconnaissance. C’est une peinture totalement singulière, non compatible avec la structure historisante de la plupart des mouvements contemporains, installés par l’institution. Et pourtant… André Breton n’était-il pas capable d’être l’ami de Marcel Duchamp tout en étant fasciné par le Facteur Cheval ?

Quel regard peut-on porter aujourd’hui, en 2021, sur l’œuvre de Martine Doytier ?

Je ne l’ai connue que pendant quatre ans. Je me souviens m’être posé la question : que va-t-elle nous sortir après le grand triptyque ? Hélas…
Pour ce qui est de sa place dans l’histoire de l’art… beaucoup s’y croient déjà inscrits mais seuls les réfractaires resteront ! Même avec peu de tableaux produits. Il faut imaginer, dans quelques temps, des jeunes gens, artistes, écrivains… qui sauront regarder les tableaux de Martine Doytier. Et, à partir de là, tout est possible. Qui sait regarder aujourd’hui ? Il serait pertinent de trouver un lieu pour elle, seule, définitif.

Quelle(s) autre(s) question(s) auriez-vous aimé que l’on vous pose et, s’il y en a, pouvez-vous les formuler et y répondre ?

Pas d’autre question.


Gérald Thupinier est né à Moulins en 1950. Après avoir longtemps vécu et travaillé à Nice, il est à présent installé à Draguignan. Depuis le milieu des années soixante-dix, il pratique une peinture dans laquelle la matière, riche et puissante, entretien une conversation permanente et radicale avec la poésie du langage. Plusieurs de ses œuvres appartiennent à des collections publiques comme, par exemple,  le Fonds national d’art contemporain géré par le Cnap, et ses travaux récents sont régulièrement présentés par les galeries dans lesquelles il expose

Site internet
cnap.fr/gerald-thupinier-0

Cinq questions à Katy Rémy
Mars 2021

Quand et comment avez-vous connu Martine Doytier et quelles étaient vos relations ?

J’ai commencé par rencontrer son travail à Flayosc. Puis à Nice à la galerie L’Art marginal. Nous avons eu des relations amicales mais pas intimes, jusqu’aux manifestations de poésie à la Galerie d’art contemporain des Musées de Nice. Alors, je suis allée lui rendre visite quelques fois.

Pouvez-vous décrire le caractère et la personnalité de Martine, en tant que personne privée mais aussi comme personnalité publique ?

J’étais impressionnée par son visage, ses larges yeux qui semblaient refléter, ou absorber, plus que voir. Et soudain elle souriait ou éclatait de rire. En privé elle semblait douter de la persistance de ce travail qui prenait toute sa vie. Elle ne manifestait en public à mes yeux aucune revendication autre que de montrer ce qu’elle faisait.

Comment, dans les années 70-80, était perçu son travail d’artiste et quels étaient ses liens avec le milieu artistique ?

Je crois qu’elle était très appréciée humainement. Artistiquement sans doute pas assez car cantonnée à un « genre » sommes toutes réputé « mineur ». Or il n’y a rien de naïf dans son travail. Elle n’aurait jamais dû être considérée comme marginale, sauf que les peintres autour d’elle étaient encore dans l’abstraction ou la performance. Elle était aussi attristée, m’a-t-elle confié quelques jours avant sa mort, parce que ses amis artistes les plus proches l’avaient attaquée, lors d’un diner, en tant que femme-peintre.

Quel regard peut-on porter aujourd’hui, en 2021, sur l’œuvre de Martine Doytier ?

Il faut la considérer comme artiste, au sens le plus neutre, ni femme, ni marginale. C’est plus facile puisque la nouvelle figuration s’impose aujourd’hui. On saura mieux lire dans ses grandes toiles ce que furent autour d’elle ces empilements de manifestes artistiques des années 60-80. On voit qu’elle se représente isolée, maintenant avec force et sincérité la distance nécessaire à sa respiration entre elle et le monde de l’art, grâce à trois éléments, ses outils de peintre, ses immenses toiles et l’absence de ciel converti en fond gris à portée d’imaginaire.

Quelle(s) autre(s) question(s) auriez-vous aimé que l’on vous pose et, s’il y en a, pouvez-vous les formuler et y répondre ?

Aucune

 

Katy Rémy est poète et écrivaine. Elle vit à Nice et, depuis 1977, ses textes ont été publiés dans de nombreuses revues, et chez quelques éditeurs de poésie en collaboration avec des artistes. Elle fut cofondatrice de la revue Poésie d’ici et reste l’une des grandes animatrices de la vie littéraire à Nice. Son Jardin Littéraire a créé une synergie artistique entre 1986 et 2006.

Site internet
katyremy.wixsite.com/katy-remy

Cinq questions à Brigite Bardelot
Mars 2021

Quand et comment avez-vous connu Martine Doytier et quelles étaient vos relations ?

Je n’ai rencontré Martine Doytier qu’une seule fois. J’étais alors employée à dresser l’inventaire des archives à la galerie des Ponchettes, dirigée par Jacques Fassola et Frédéric Altmann. Martine est venue nous présenter son tableau Le Facteur Cheval, qu’elle comptait proposer au jury du Prix de la Fondation de la Vocation mais s’inquiétait de ne pouvoir l’achever dans les délais impartis (il manquait la partie supérieure de l’architecture). Je suis restée ébahie et émerveillée par cette toile et par sa technique. À tel point que sa présence ne m’a jamais quittée et que je n’ai eu de cesse, par la suite, de parler d’elle, de suivre son travail avec passion et d’essayer de l’approfondir en écrivant sur l’artiste à diverses reprises pour la faire connaître et reconnaître. Mon grand regret est cette unique rencontre. J’aurais beaucoup aimé entretenir une relation amicale avec elle. Malheureusement, cette occasion ne s’est jamais présentée.

Pouvez-vous décrire le caractère et la personnalité de Martine Doytier en tant que personne privée mais aussi comme personnalité publique ?

Tout ce que je sais, je l’ai appris de la bouche de gens qui la connaissaient bien, Jean Ferrero, Frédéric Altmann qui était intarissable à son sujet et surtout par son fils Brice qui m’a révélé des pans de sa personnalité et de son intimité psychique. Et, bien sûr, par la fréquentation assidue de son œuvre. Je pense que c’était une personnalité ambivalente et très complexe, dotée d’un univers personnel très riche et très profond mais qui avait du mal à trouver sa place dans un environnement culturel dominé par la frivolité et  l’inconstance. Force et fragilité, confiance dans son talent et manque de confiance en soi. Anxiété, angoisse, désarroi intime, d’un côté et enjouement, convivialité, empathie, de l’autre. On sent des failles inguérissables et une volonté farouche de les dominer.

Comment, dans les années 70-80, était perçu son travail d’artiste et quels étaient ses liens avec le milieu artistique ?

Elle était tellement différente des courants dominants de l’époque (abstraction, Supports/Surfaces, Fluxus, Conceptuel, etc.) dans lesquels la figuration était considérée comme obsolète, qu’elle était un peu reléguée dans un underground solitaire. Elle était admirée pour sa technique et elle avait des admirateurs inconditionnels mais je pense que ses thèmes et ses sujets étaient incompris ou, en tous cas, pas dans l’air du temps. Pourtant, elle adorait le milieu artistique, elle était avide de connaître et d’apprendre, et était très attachée à ses amis artistes mais toujours avec distance, avec un décalage conscient entre ses propres aspirations et celles du milieu qu’elle fréquentait.

Quel regard peut-on porter aujourd’hui, en 2021, sur l’œuvre de Martine Doytier ?

En cette époque de grand retour de la figuration, souvent banale et stéréotypée, je pense que la (re)découverte de l’œuvre de Martine va être un choc salutaire. Et grandiose si les médias s’en mêlent. Maintenant, tout est prêt pour qu’elle retrouve la place qu’elle mérite dans l’histoire de l’art et j’espère de tout cœur qu’elle va devenir une très Grande.

Quelle(s) autre(s) question(s) auriez-vous aimé que l’on vous pose et, s’il y a lieu, pouvez-vous les formuler et y répondre ?

J’aurais surtout aimé, moi, lui poser quantités de questions sur elle et sur son travail !

Brigite Bardelot est née à Vierzon en 1947. Elle vit et travaille dans le Cher. Elle est Docteure en Lettres et Arts, diplômée des Beaux-Arts et a également mené une carrière d’artiste et de professeure d’art. Brigite Bardelot a été cofondatrice, avec Philippe Biancheri et Jean-Noël Montagné, de L’Atelier de la Lanterne, avenue Saint-Marguerite à Nice, friche culturelle et lieu alternatif de 1992 à 2002. Elle est autrice d’une thèse soutenue en 1993 et intitulée Jargon & écriturisme : hétérodoxies du langage dans la création poétique. Elle est spécialiste des textes en jargon de Dubuffet et de l’Art Brut, ainsi que des langages poétiques hétérodoxes : glossolalies, zaoum, lettrisme, poésie concrète, OuLiPo, etc. Elle est l’autrice de André Martel, du jargon comme l’un des Beaux-Arts, paru en 1998 chez Rom Éditions à Nice.

Site internet
www.lanouvellerepublique.fr/indre/les-coutures-chirurgicales-de-brigitte-bardelot

Cinq questions à Max Charvolen
Mars 2021

J’ai connu et croisé Martine Doytier à la fin des années 70 et au début des années 80. Il me reste en mémoire ses peintures où les visages de ses personnages ont une forte présence avec des yeux qui semblent scruter le regardeur tout en structurant l’espace de la toile, son affiche pour le carnaval de Nice et une très grande toile en cours qui intégrait des représentations d’artistes ou de personnes liées au monde de l’art niçois sur un fond gris en attente d’être comblé.

J’ai le souvenir très subjectif d’une personne réservée se tenant comme en retrait. Son regard m’a toujours fait penser aux visages des personnages qu’elle peignait. Ce sont les pièces où il y a grouillement, interpénétration des choses avec les personnages qui m’ont le plus touché. Une anecdote, si ma mémoire ne me joue pas des tours – ce pouvait être en 79 ou 80 – j’ai vu la  grande toile en chantier avec son fond gris ainsi qu’une sculpture en cours lors d’une réunion de travail chez Martine dans le Vieux-Nice. Nous étions quelques-uns à travailler sur la préparation de l’exposition « Nice à Berlin » qui devait se tenir à la DAAD Galerie à Berlin.

Avait-elle le visage de ses toiles ou ses toiles le sien…


Max Charvolen est né à Cannes en 1946. Il a suivi une double formation en art et en architecture, achevant cette dernière dans l’agence d’Oscar Niemeyer, à Rio. Il participe au groupe INterVENTION (1968-1973), créé par Raphaël Monticelli et Marcel Alocco, et aux manifestations de l’École de Nice. En 1970, il est co-fondateur du Groupe 70 avec Louis Chacallis, Vivien Isnard, Serge Maccaferri et Martin Miguel, qui tous remettent en cause les composantes de la peinture, de l’abstraction et les moyens et modalités de l’acte de peindre et de son espace.

Site internet
documentsdartistes.org/artistes/charvolen/repro

Cinq questions à Dominique Angel
Mars 2021

Le milieu artistique Niçois des années 70/80 avait cette particularité d’être composé de nombreuses tendances, chacune animée par des artistes qui ont porté, à leur façon, les formes et les concepts de cette époque. Si nous étions nombreux et remuants dans chacune d’elles, nous observions sans sectarisme le travail des uns et des autres, en dépit des différents idéologiques et esthétiques qui nous animaient alors. Martine participait comme nous tous à l’effervescence de cette période, mais je la percevais comme une artiste singulière. Elle était la seule à n’être rattaché à aucune des tendances qui nous agitaient, tout en partageant nos centres d’intérêt. Elle travaillait, me semblait-il, dans une sorte de solitude au sein d’une famille à qui elle a su imposer sa peinture. Pour moi, cette singularité faisait de Martine un personnage mystérieux, un peu sombre, intouchable, une artiste que l’on ne critiquait pas. C’était du moins ainsi que je la voyais. Sa fin tragique m’a laissé sur cette impression que j’avais d’elle.


Dominique Angel est né à Briançon en 1942. Il a été étudiant puis enseignant à la Villa Arson à Nice. Après avoir longtemps vécu et travaillé à Nice, il est à présent installé à Marseille. Au cours de ces dernières années, son travail s’est développé autour de la représentation d’un espace architectural propre à la sculpture et à l’installation. La prise en compte de l’existence souvent éphémère des œuvres ainsi produites est devenue un élément de contenu d’autant plus important à ses yeux qu’il lui semble toucher à un aspect dissimulé mais déterminant de l’art contemporain. Il prépare de nombreux projets sur le terrain des arts plastiques et de la littérature et, comme il l’écrit lui-même « certains voient le jour selon les circonstances ».

Site internet
www.documentsdartistes.org/artistes/angel/repro.html

Cinq questions à Jean Forneris
mars 2021

Quand et comment avez-vous connu Martine Doytier et quelles étaient vos relations ?

Il m’a été donné de rencontrer Martine dans le cadre du Centenaire du Carnaval de Nice en 1984. En effet, en 1981, Martine avait créé l’affiche officielle du Carnaval, affiche profondément originale, déclinant la plupart des thèmes carnavalesques antérieurement mis en œuvres par les « Ymagiers » de S. M. Carnaval, d’abord Alexis Mossa (1844-1926), puis son fils Gustav-Adolf (1883-1971). Si mes souvenirs sont bons, certains carnavaliers (ceux qui « fabriquent » le roi Carnaval et son joyeux cortège) furent d’abord hostiles à cette œuvre qui leur paraissaient – on se demande bien pourquoi – étrangère à leur tradition centenaire. Néanmoins, devant le succès de l’affiche de Martine, l’œuvre sera reprise dans le cadre du centenaire du Carnaval niçois en 1984, ornant même le boitier regroupant tous les catalogues des expositions édités à cette occasion par les musées de Nice.

Pouvez-vous décrire le caractère et la personnalité de Martine, en tant que personne privée mais aussi comme personnalité publique ?

Quelques brèves rencontres : le souvenir d’une personnalité très réservée.

Comment, dans les années 70-80, était perçu son travail d’artiste et quels étaient ses liens avec le milieu artistique ?

Dans le milieu niçois, alors tout bouillonnant des activités des artistes de l’École de Nice et de ses marges (du Nouveau Réalisme à Supports/Surfaces, pour simplifier abusivement une réalité riche et diversifiée), Martine m’a semblé un sorte d’OVNI, inclassable dans les taxinomies dans lesquelles on se plaît – on se plaisait – à caser une œuvre. Néanmoins, Martine était appréciée et respectée par la plupart de ses collègues artistes, même si ses œuvres paraissaient d’abord étrangères à la création niçoise. Ce qui est certain, et cela plaide en faveur de la reconnaissance du grand talent de Martine, le galeriste, collectionneur et grand connaisseur de l’art contemporain à Nice, Jean Ferrero, acheta de nombreuses peintures de Martine et fut son fidèle et solide mécène, sans jamais s’en dessaisir, jusqu’à l’importante donation de sa collection à la Ville de Nice.

Quel regard peut-on porter aujourd’hui, en 2021, sur l’œuvre de Martine Doytier ?

Une création profondément originale, en dehors des modes éphémères, ce qui permet à l’art de Martine d’échapper aux fluctuations du goût et des évaluations rapides. Un art de peindre avec une finesse et une précision infinies. Comment ne pas évoquer les miniatures médiévales et renaissantes, les Primitifs principalement nordiques. Martine n’a jamais nié son appartenance à une histoire, celle de l’art. Dans la célèbre et jadis controversée affiche de 1981, Martine réinterprète et renouvelle ce qui a été les thèmes et leur mise en œuvre de « Ymagiers » du Carnaval niçois, en particulier G.-A. Mossa durant son étrange période « symboliste » durant laquelle ses projets de chars carnavalesques offrent un imaginaire aussi débridé que celui qui a présidé à l’élaboration de son bref parcours symboliste.
Martine, a été une artiste profondément indépendante des trop faciles sollicitations de l’immédiateté et avec un imaginaire « baroque » très personnel qui rejoint à sa manière les pulsions créatrice de l’Art Brut. Le Facteur Cheval, une peinture de 1977, témoigne fraternellement de son admiration pour le bâtisseur du Palais Idéal d’Hauterives.

Quelle(s) autre(s) question(s) auriez-vous aimé que l’on vous pose et, s’il y en a, pouvez-vous les formuler et y répondre ?

Pas d’autre question

 

Jean Forneris est né en 1944 à Nice. Il vit et travaille à Nice. Après des études de philosophie et d’histoire de l’art, il est nommé conservateur du Musée des Beaux-Arts Jules Chéret à Nice. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment sur Gustav-Adolf Mossa et Raoul Dufy. Il a également souvent écrit sur l’œuvre d’artistes contemporains tels que César, Arman, Jean Mas, Bruno Mendonça et Jean-Pierre Giovanelli. 

Cinq questions à Muriel Lepage
avril 2021

Quand et comment avez-vous connu Martine Doytier et quelles étaient vos relations ?

J’ai vu pour la première fois Martine à un « pour et contre » de Ben, chez lui à Saint-Pancrace. Je l’avais certainement déjà aperçue mais c’est là que je me suis demandée et que j’ai demandé « qui est-ce ? » Je pense que j’étais une jeune adolescente à ce moment-là. J’avais l’habitude de ce type de soirées qui étaient pour moi de l’ordre du spectacle, du grand théâtre de Ben. Et Martine m’est apparue comme un personnage. Grande sur ses talons aiguilles, une robe cintrée par une large ceinture à la taille, les cheveux très courts, le visage fort et très maquillé. Et puis le chien, immense, en laisse. Très belle et étrange. Dans cette assemblée, elle dénotait et on sentait tout de suite son envie de se distinguer. Et puis, ce soir-là comme souvent dans ces situations, elle s’est mise à s’engueuler avec Ben. Et c’était bien.
Nous nous sommes revues plus tard, j’avais une vingtaine d’années. J’étais toujours « la fille de » mais plus tout à fait. Ce qui a initié le lien est un chien, le mien, elle m’a aidée quand il a fallu qu’il meure et à ce moment-là nous sommes sorties des bavardages de vernissage. Nous avons  commencé à parler, à échanger, prendre des cafés, aller au Castel pendant deux ou trois étés, quand j’étais à Nice, nous nous sommes vues seules et avec Marc, son compagnon, et d’autres artistes de leurs amis. Nous ne parlions pas de sa peinture. Elle connaissait mes intérêts et nous savions toutes deux que j’étais très loin de son univers.

Pouvez-vous décrire le caractère et la personnalité de Martine, en tant que personne privée mais aussi comme personnalité publique ?

La personne publique était, il me semble, une fabrication, non pas artificielle, mais plutôt comme si elle avait poussé certains traits de son caractère pour les mettre en scène et en jouer. Pour se faire une place et se faire entendre. Elle aimait ses chiens mais ils faisaient partie de la femme qu’elle voulait montrer et qu’elle était aussi. Grande gueule, avec une pensée très singulière, des points de vue qu’elle exprimait clairement et avec beaucoup d’autorité. Et d’humour. Quand on la voyait pour un café dans le Vieux-Nice, elle était habillée et maquillée avec le même soin. Mais de rares fois, je l’ai vue pieds nus, en pantalon et chemise blanche trop grande chez elle. La personne apparaissait derrière le personnage.
Cette personne parlait facilement de sa vie privée, de Brice, de son travail, des gens autour d’elle avec une grande liberté et une grande franchise à la jeune femme que j’étais. Et sans l’ombre d’une condescendance, avec une vraie générosité. On la sentait fragile, certainement abîmée par la lutte qu’elle devait mener pour exister dans ce milieu, avec cette peinture-là. Quand elle avait poussé un coup de gueule dans un vernissage ou un débat, et qu’on en reparlait avec elle, elle disait dans un grand rire : « je n’en ai rien à foutre » et « comme ça au moins, ils m’ont entendue et ils ont entendu une femme, ces cons de machos ». Et c’était aussi ça, être une femme artiste de cette peinture figurative à Nice dans les années 80.
Je me rappelle que je l’appelais « Martine, la fatale et la fragile ». Il me semble que ce qui m’a marqué était une forme de solitude profonde chez elle dont je ne savais si elle était entièrement voulue. Une distance par rapport à cette personne publique devenue aussi certainement un personnage parfois encombrant. Elle écoutait en boucle la chanson d’Eddy Mitchell « Les yeux menthe à l’eau » et la fredonnait tout le temps avec une forme d’ironie et en même temps une vraie émotion dans la voix.

Comment, dans les années 70-80, était perçu son travail d’artiste et quels étaient ses liens avec le milieu artistique ?

Son compagnon, Marc Sanchez, dirigeait la Galerie d’art contemporain des Musées de Nice où il faisait des expositions de très grande qualité dans lesquelles l’art contemporain international était montré souvent même avant l’explosion de ces artistes et de ces mouvements dans le monde de l’art. Elle était donc entièrement au fait de l’art de son temps mais ce n’était pas le sien. Elle était à part. Elle avait mis en place une manière de travailler, une méthodologie et une technique qui lui permettait de faire ce qu’elle avait décidé avec beaucoup de réflexion. Mais dans la ville encore marquée par Supports/Surfaces et au milieu des années du retour à la figure mais à une figure expressionniste, libre, son travail était-il regardé ? Oui, mais comme une singularité. Il était apprécié, salué comme un tour de force, notamment technique, mais pas comme faisant partie du monde de l’art contemporain.
Son bus notamment avait été remarqué mais justement parce que d’une certain façon il rejoignait certains codes de l’art de son temps en quittant l’espace du tableau. La particularité de son univers, l’amoncellement des objets et des formes, les figures dont certaines frôlent l’autoportrait, tout cela était vu et discuté mais toujours dans un espace singulier, qui lui était propre. Pourtant elle avait des liens avec ce milieu dont elle a représenté des figures marquantes dans un de ses tableaux. Elle était très critique vis à vis du monde de l’art contemporain. Elle remettait en cause nos jugements, nos cadres de pensée, la notion même de contemporain, notre vision de l’histoire, et elle avait aussi certainement un grand besoin de reconnaissance de la part de ceux-là même avec qui elle bataillait fermement.
Et puis, c’était une femme. Non seulement son travail n’avait rien à voir avec l’art du moment mais en plus elle était une femme. Double peine. Il fallait bien des talons aiguilles, une grande gueule, un chien immense et des cheveux très courts entre hypra féminité revendiquée et virilité de l’attitude pour exister dans l’espace public de ce monde.

Quel regard peut-on porter aujourd’hui, en 2021, sur l’œuvre de Martine Doytier ?

Je ne sais pas. Je n’ai plus vu d’œuvres d’elle depuis tellement longtemps. Cette question m’embarrasse parce qu’elle met en jeu une relecture de l’histoire dont je me méfie. On voit bien combien, aujourd’hui, il est de bon ton dans les institutions de redécouvrir des œuvres. Je ne  voudrais pas que relire son œuvre aujourd’hui soit comme une forme de bonne conscience que l’on se donnerait. Je pense qu’il faut travailler pour que son œuvre soit vue. Vraiment vue avec les outils nécessaires. Cela ne veut pas dire que j’apprécie plus son travail, qu’il est plus proche de ce que j’aime qu’avant mais il continue de m’interroger et, évidemment, maintenant il me touche à l’aune de sa disparition. C’est ce qui rend difficile cette question. Je pense que, comme pour tous les artistes dont on veut montrer l’œuvre, il y a un travail d’historien à faire. Comment les tableaux sont nés ? Qu’est-ce qu’elle regardait ? Qu’est ce qui a formé son regard ? Quels liens peuvent être faits aujourd’hui avec d’autres artistes ? Qu’est-ce qu’elle lisait ? Qu’étaient ses modèles pour elle ? Et il faudrait aussi se détacher de ce qu’elle disait de son travail pour le regarder à distance et dans l’histoire afin de mener un travail critique.
Car ses œuvres sont spectaculaires par leur envergure, leur contenu et leur technique et, souvent, il me semble que je me suis contentée de cela : d’avoir le souffle coupé par le travail, de reconnaître les uns et les autres  dans les portraits, d’être happée et inquiétée par son univers obsessionnel. Il faudrait en savoir plus, que je puisse sortir de ce qui est un souvenir, pour répondre à cette question, et regarder l’œuvre depuis notre temps. Je pourrais juste dire qu’aujourd’hui toutes les singularités et les marges sont immédiatement aspirées par le centre, ce qui va changer, me semble-t-il, le regard porté sur son travail.

Quelle(s) autre(s) question(s) auriez-vous aimé que l’on vous pose et, s’il y en a, pouvez-vous les formuler et y répondre ?

C’était déjà beaucoup de questions et il est difficile d’y répondre. C’est bien aussi de ne pas pouvoir tout dire. Et donc je n’ai pas tout dit.


Muriel Lepage est née à Nice en 1964 où elle vit en partie. Après avoir obtenu un DEA d’Histoire de l’art et un DESS de Gestion des institutions culturelles, elle a enseigné l’histoire de l’art contemporain dans les écoles d’art de Nîmes, Montpellier, Mulhouse et Sète ainsi qu’à l’université. En 2007, elle est nommée directrice de l’École municipale d’art de Sète puis, en 2010, de l’École supérieure d’art de Clermont Métropole (ESACM), poste qu’elle a occupé jusqu’en 2019.

Cinq questions à Patrick Lanneau
avril 2021

Quand et comment avez-vous connu Martine Doytier et quelles étaient vos relations ?

J’ai connu Martine à la fin des années 70, j’étais en relation avec Marc Sanchez pour un projet d’exposition dans la galerie des musées de Nice dont il s’occupait. Il y avait des soirées animées chez Martine et Marc, souvenirs de moments intenses. Les relations étaient respectueuses, Martine avait quelques années de plus que moi, j’étais impressionné par sa stature et sa gouaille.

Pouvez-vous décrire le caractère et la personnalité de Martine en tant que personne privée mais aussi comme personnalité publique?

Elle était très présente par sa force, la puissance silencieuse de sa peinture, sa détermination, j’avais le sentiment, certainement faux, qu’elle n’avait peur de rien. Il y avait une petite barrière entre elle et les autres, quelque chose qui la rendait inatteignable, surtout en public.

Comment dans les années 70-80, était perçu son travail d’artiste et quels étaient ses liens avec le milieu artistique?

Elle était respectée, son travail, par sa singularité, imposait le respect. Il y avait plusieurs clans, beaucoup de confrontations, de déclarations très affirmées sur : « est-ce l’Art ou pas ? » Elle était rejetée parfois du cercle de ceux qui étaient censés détenir la vérité. Mais c’était une guerrière qui menait son combat de son côté et pour cela elle était reconnue par tous comme une artiste.

Quel regard peut-on porter aujourd’hui, en 2021, sur l’œuvre de Martine Doytier?

Je vois les tableaux de Martine comme des romans, ou des nouvelles, toujours un peu mélancoliques et peints avec de l’amour, du plaisir et beaucoup de solitude. Le fait qu’elle assumait sa singularité et qu’elle développait son œuvre avec une certaine sérénité dans ce brouhaha des années 80, m’a aidé à garder confiance en moi dans les moments difficiles. Je lui dois cela, une sorte d’exemplarité. Aujourd’hui, ses tableaux vivent leur vie, ils sont toujours impressionnants, majestueux. C’est un opéra, vie et mort, vice et vertu…

Quelle(s) autre(s) question(s) auriez-vous aimé que l’on vous pose et, s’il y en a, pouvez-vous les formuler et y répondre ?

Pas d’autres questions

 

Patrick Lanneau est né en 1951 à Tours. Après avoir longtemps vécu à Nice, il vit et travaille à présent dans l’arrière-pays niçois. Il a étudié aux Beaux-Arts de Tours (1971-1973) puis à la Villa Arson à Nice (1974-1977). À Nice, en 1980, il contribue à créer L’Atelier, lieu de travail et de rencontres avec d’autres artistes comme Jean Borsotto, Denis Castellas, Sylvette Maurin, Gérard Sérée, Gérald Thupinier. La même année a lieu Sa première exposition personnelle officielle dans le cadre du cycle « Attention Peinture Fraîche » de la Galerie d’art contemporain des Musées de Nice. Depuis, il a réalisé de très nombreuses expositions et ses œuvres sont présentes dans des collections publiques prestigieuses. Patrick Lanneau a toujours été un artiste de la couleur et de la lumière. Grand paysagiste, sa peinture est généreuse, vigoureuse et dynamique et exprime parfaitement son talent de coloriste hors-pair par des camaïeux lumineux, robustes et poétiques.

Site internet
www.documentsdartistes.org/artistes/lanneau/repro

Cinq questions à Anne Lovreglio
avril 2021

Quand et comment avez-vous connu Martine Doytier et quelles étaient vos relations ?

Trop tard ! C’est un très grand regret de ne pas avoir rencontré Martine Doytier après quelques vernissages niçois où je l’apercevais. Sa réputation de talent la précédait. Mais nous évoluions dans deux mondes distincts de l’Art : l’Ancien et le Contemporain. Dans les années 1980, mon travail professionnel était particulièrement astreignant : Expert en tableaux anciens, je réalisais des émissions de radio (45 mn hebdomadaires pour Radio France), et de télévision (50 mn. bimensuelles pour France 3). Je répondais aussi à la demande d’éditeurs, dont le Robert, qui m’avait commandé un dictionnaire. J’avoue que, très sollicitée par les stars de l’art parisiennes, je prenais plaisir à les faire confronter, dans les émissions en direct, avec des valeurs du Midi,  que j’invitais, témoin de dialogues plutôt inattendus entre personnes voulant se persuader mutuellement d’être les meilleures. Exceptionnellement, j’avais invité Martine seule. Mon intuition, me persuadait  qu’elle saurait exprimer des certitudes personnelles différentes. Effectivement.

Pouvez-vous décrire le caractère et la personnalité de Martine, en tant que personne privée mais aussi comme personnalité publique ?

Martine était belle. C’était la première évidence. Son aisance, sa vivacité en public, prouvait un esprit réactif sans forfanterie. Elle possédait un naturel séduisant, sans recherches d‘effets de charme. Elle savait écouter, elle pouvait rire. Mais avant de l’affronter (c’est le mot. Saurais-je lui poser les bonnes questions ?) Je pensais déjà à ce qu’elle cacherait. J’avais regardé certaines de ses œuvres avec une attention qui n’avait rien d’analytique sur ses techniques picturales sur fond de virtuosité académique.  Mais le centre de l’une d’elles m’avait retenue : elle, Martine, seule, comme isolée d’une foule aux visages identifiables, qu’elle avait là reproduite fidèlement sur une toile de dimensions importantes. Elle, tenant son chien dans les bras, comme on berce un enfant. J’avais compris ce véritable message, comme exhibitionniste d’une détresse non avouée. Ce couple était un aveu. Les questions que je lui poserais, lors de l’interview prévue, ne devraient pas dépasser la frontière des interdits qu’elle laissait entrevoir.
Elle a répondu d’une voix forte, avec  parfois une logique où perçait, à peine, une nuance de dérision volontariste. Personne publique ou privée, je n’étais pas suffisamment proche pour interpréter ses attitudes. Se permettant ce naturel irréprochable que seuls possèdent ceux qui sont investis de certitudes données par des perceptions mentales qu’ils sont seuls à posséder, tel Yves Klein qui affirmait que « l’œuvre d’art possède une qualité immatérielle, possiblement captable, transmissible, en plus de sa spécificité visuelle tangible ».

Comment, dans les années 70-80, était perçu son travail d’artiste et quels étaient ses liens avec le milieu artistique ?

Ne faisant pas partie du milieu de l’Art ni contemporain, ni avant-gardiste. Il n’y avait pas, à l’époque, de discussions en ma présence. La virtuosité de Martine Doytier dans l’expression picturale était indéniable. Les observateurs savaient le constater. Et je peux assurer n’avoir jamais entendu une critique. Seules des questions affluaient sur les nombreux symboles à analyser dans sa peinture.

Quel regard peut-on porter aujourd’hui, en 2021, sur l’œuvre de Martine Doytier ?

Ce  regard ne peut être qu’un constat rétrospectif, des questions restées sans réponses, effacé par l’évidence d’un talent magistral trop tard découvert.

Quelle(s) autre(s) question(s) auriez-vous aimé que l’on vous pose et, s’il y en a, pouvez-vous les formuler et y répondre ?

Non, pas d’autre question.


Anne Lovreglio est née à Paris et vit et travaille à Nice. Elle a suivi des études d’art à Paris et de peinture à Florence, fréquentant théoriciens d’art et… faussaires à Madrid et à Barcelone. Elle est Expert agréée et Officier de la médaille du mérite des Experts (Institut de l’expertise). Elle a travaillé dans le monde des antiquités et des galeries d’art à Nice et, avec sa fille Aurélia, elle répond aux commandes d’éditeurs pour des ouvrages spécialisés tel le Dictionnaire des mobiliers et des objets d’art édité par Le Robert. En tant que journaliste, elle a écrit de très nombreux articles dans divers quotidiens et mensuels et travaillé pour Radio France et pour France 3. Elle termine actuellement un Dictionnaire intitulé Les Mots de l’Art et un lexique du vocabulaire du Street Art employé par les graffeurs et les tagueurs, qui « regroupe tous les mots que devraient connaître les galeristes, commissaires-priseurs, collectionneurs et tous ceux qui s’intéressent à l’Art Urbain ».

Cinq questions à Raphaël Monticelli
avril 2021

Quand et comment avez-vous connu Martine Doytier et quelles étaient vos relations ?

Je n’ai pratiquement pas eu de relations personnelles avec Martine Doytier. Je l’ai rencontrée deux fois alors que Max Charvolen préparait son exposition à la galerie d’art contemporain des musées de Nice, en 1981. J’avais conscience de rencontrer une artiste ardente, hors normes, tout à la fois très intégrée au milieu artistique et culturel niçois et, en même temps, comme en marge ou sur les bords. Nous avons eu les propos d’usage lors de ce genre d’occasion. Courtois et distants.

Pouvez-vous décrire le caractère et la personnalité de Martine, en tant que personne privée mais aussi comme personnalité publique ?

Je disais « ardente et hors normes ». J’ajouterai que, comme personne, je la trouvais… farouche. Une boule d’énergie. À vrai dire, comme personne, je la trouvais très impressionnante. La personnalité publique… Dans ce  cas, encore, j’ai peu à en dire. Je me répandais moi-même assez peu dans les milieux artistiques niçois. J’en connaissais les échos. J’en voyais les réalisations. Elle était, à mes yeux, l’une des personnalités artistiques « en vue » dans le milieu niçois et j’en voulais pour preuve les œuvres et affiches qu’elle réalisait.   

Comment, dans les années 70-80, était perçu son travail d’artiste et quels étaient ses liens avec le milieu artistique ?

Son travail d’artiste me semblait donc plutôt bien perçu. Il s’inscrivait dans la grande lignée de ces artistes que l’on dit tantôt « naïfs » (aucune naïveté ni en elle ni en son  œuvre pourtant), ou « bruts » (rien pourtant de plus élaboré que son travail !). Je savais qu’elle était bien suivie par Frédéric Altmann et je trouvais qu’elle était bien à sa place dans cet art « marginal » dont elle débordait pourtant les marges. Par ailleurs, je savais que nombre de mes amis artistes avaient des contacts fréquents avec elle, je pense en particulier à Noël Dolla dont le travail semblait et semble si éloigné de celui de Martine Doytier et qui la tenait en grande estime.

Quel regard peut-on porter aujourd’hui, en 2021, sur l’œuvre de Martine Doytier ?

Depuis quelque temps, je revois les œuvres de Martine Doytier. Je trouve qu’elles auraient pu être peintes de nos jours. Je ne sais s’il faut dire que cette œuvre porte une « intemporalité », ou si elle s’inscrit plutôt dans le temps long. Il reste qu’en effet, lorsque j’ai appris que l’on cherchait à faire redécouvrir cette œuvre et à la valoriser, j’ai trouvé que c’était une action importante et nécessaire et j’y ai immédiatement adhéré.
Je l’aurais fait – et je le fais- pour bien d’autres artistes, naturellement. Mais cette « ardeur » de la personne, que j’évoquais plus haut, traverse toute son œuvre comme la traverse une vision forte, une vision tragique et douloureuse du monde…

Quelle(s) autre(s) question(s) auriez-vous aimé que l’on vous pose et, s’il y en a, pouvez-vous les formuler et y répondre ?

Pas d’autre question.

 

Raphaël Monticelli est né à Nice en 1948, où il vit et travaille. Il est écrivain et critique d’art, lié depuis la fin des années 60 aux milieux artistiques et littéraires. Il est fondateur, en 1967, avec Marcel Alocco, du groupe et de la revue INterVENTION, où se retrouvent, notamment, Carmelo Arden Quin, Daniel Biga, Max Charvolen, Noël Dolla, Martin Miguel, Serge Maccaferri, Patrick Saytour, Claude Viallat. Il a ouvert à Nice, avec Martin Miguel et Max Charvolen, deux galeries associatives : « Lieu 5 » (1979-1984) et « Le Cairn » (1986-1992). Il y a présenté de nombreuses démarches, en particulier celles qui croisent écriture et peinture : Michel Butor, Michel Vachey, Bernard Pagès, Jean Mazeaufroid, Jean-François Dubreuil, Christian Boltanski, etc. Il a également été chargé de diverses missions sur l’éducation artistique et culturelle dans l’éducation nationale, de 1984 à 2008, et a été délégué académique à l’éducation artistique au rectorat de Nice, de 2002 à 2008. L’ensemble de son travail d’écriture s’organise autour de « Bribes », espaces d’apprentissage où il cherche à donner forme, contenance ou cohérence à ses rapports avec la langue, les textes et les autres.

Site internet
www.livre-provencealpescotedazur.fr/annuaire/raphael-monticelli-MTC_043_6949081443

Cinq questions à Alain Amiel
avril 2021

Quand et comment avez-vous connu Martine Doytier et quelles étaient vos relations ?

Je ne me souviens par du jour où je l’ai rencontrée. À l’époque j’étais éditeur, mon monde c’était surtout les livres et je débarquais dans le milieu. Il me semble que j’en ai entendu parler avant de la rencontrer. C’est chez Jean Ferrero que j’ai vu une de ses œuvres pour la première fois. C’était le Facteur Cheval. J’avais été frappé par le raffinement de ce que je voyais, les milliers de signes et les questions que cette peinture m’invitait à me poser. J’avais tout de suite vu les tuyaux de Beaubourg et compris que c’était une œuvre récente et que l’artiste avait de l’humour. Mais le raffinement me renvoyait à la peinture de Jérôme Bosch, de Brueghel. La toile était impressionnante et m’intimidait un peu.
Il me semble que j’ai vu Martine la première fois à la galerie Le Chanjour, qui était alors rue de France. Je connaissais bien Christine le Chanjour et la jeune femme qui travaillait avec elle. Elles étaient en pleine discussion avec Martine, mais elles n’étaient pas gênées de continuer à parler du problème que rencontrais alors Martine devant moi : son compagnon voulait partir travailler à Bordeaux, elle était contre et vivait ça comme un abandon. Je ne connaissais pas le contexte, mais je voyais une belle fille aux cheveux courts souffrante et combative, dure. J’ai appris plus tard que son compagnon était Marc Sanchez, que je connaissais un peu pour avoir vu ses expositions à la Galerie d’art contemporain des Musées de Nice.
Au fil des expos, j’ai un peu mieux connu Martine. À l’époque, avec des copains, j’avais contribué à la création d’une radio libre : Radio Nemo, juste après l’arrivée de Mitterrand qui avait libéré les ondes. Une aventure excitante dans laquelle j’étais très investi. J’avais fait venir Jacques Lepage, que je connaissais de Coaraze, et lui avais proposé d’animer une émission poétique. C’est grâce à lui que j’ai connu tout le milieu de l’art niçois.
J’avais également invité Martine mais je n’étais pas là le jour de sa venue. Par la suite, elle m’a dit qu’elle était intéressée par la radio, qu’elle aimerait faire des interviews. Malheureusement Radio Nemo a explosé, le président de l’association l’a vendue à un groupe qui rachetait les radios libres et j’ai donc créé une nouvelle radio : 105 FM et j’ai proposé à Martine d’y animer une émission tous les mardis. Je me souviens qu’elle était une bonne intervieweuse (je faisais la régie) et nous avons fait plusieurs émissions, mais les temps changeaient vite et il a fallu des autorisations d’émettre. Menacé d’un procès, j’ai été obligé à de tout arrêter. Martine en avait été désolée.
J’ai appris par la suite qu’elle s’était suicidée, ce qui m’a beaucoup touché. Je l’ai compris comme un dépit amoureux, une des causes importantes de suicide, sans en savoir plus où ne voulant pas en savoir plus.
Le temps est passé. Presque quarante ans ! C’est quand Bertrand Roussel m’a demandé si je savais où se trouvait le tableau de Martine à partir duquel a été réalisée l’affiche du musée de Terra-Amata que tout a commencé. Je l’ai renvoyé vers Jean Ferrero, mais il ne détenait pas cette œuvre. J’ai commencé à fouiller sur Internet et je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas grand-chose sur Martine. Comme j’écris des articles sur l’art et les artistes, j’ai eu l’intention de faire un article biographique sur elle et son œuvre (j’avais les images de ses tableaux). Mes recherches ont alors commencé et j’ai retrouvé Marc sur Facebook. Nous avons alors décidé ensemble d’aller plus loin…

Pouvez-vous décrire le caractère et la personnalité de Martine, en tant que personne privée mais aussi comme personnalité publique ?

Elle était impressionnante, une grande gueule avec un accent parisien et très à l’aise pour parler d’elle. Je l’ai tout de suite considérée comme une grande artiste. Tout le monde, d’ailleurs, reconnaissait son grand talent. Je n’ai pas vu sa fragilité.

Comment, dans les années 70-80, était perçu son travail d’artiste et quels étaient ses liens avec le milieu artistique ?

Comme je n’étais pas au cœur du milieu artistique, je n’allais pas chez Ben que je connaissais pourtant pour lui avoir demandé un dessin pour la couverture du premier livre que j’avais édité : le Guide de Nice. Je n’étais donc pas au courant, car sans doute pas intéressé, par les confrontations sur ce qui était de l’art ou n’en était pas. Pour moi, Martine était une artiste importante, son œuvre en faisait foi de façon évidente et indiscutable. Bien sûr, j’avais entendu parler de Supports/Surfaces, du Groupe 70, de l’École de Nice mais, justement, la diversité des mouvements m’amenait à penser que Martine faisait partie d’un autre nouveau mouvement ou avait créé le sien, ce qui ne m’étonnait pas.

Quel regard peut-on porter aujourd’hui, en 2021, sur l’œuvre de Martine Doytier ?

Il est temps de donner ou de redonner à Martine la place qu’elle mérite dans l’Histoire de l’Art. Son œuvre, comme toutes les vraies et grandes œuvres, est intemporelle. Elle continue à nous parler et à poser des questions. J’ai déjà réalisé deux courts-métrages sur elle et il y en aurait beaucoup d’autres à faire…

Quelle(s) autre(s) question(s) auriez-vous aimé que l’on vous pose et, s’il y en a, pouvez-vous les formuler et y répondre ?

Des dizaines, mais les réponses seront dans l’exposition qui se prépare, dans son catalogue et dans les films en cours.

 

Alain Amiel est né en 1949 à Rabat. Il vit et travaille à Nice. Après avoir entrepris des études de  psychothérapeute, il décide, en 1981, de créer sa propre maison d’édition, Z’éditions. Jusqu’en 2003, il publie plus de deux-cents ouvrages sur l’art, la poésie, la psychanalyse ou la littérature. Il anime également des émissions de radio, crée des revues, accompagne ou expose des artistes et collabore avec des galeries. À  partir de 2001, il se consacre à l’écriture et devient spécialiste de Van Gogh sur qui il publie plusieurs livres et d’autres ouvrages sur différents thèmes (biographie de Jacques Matarasso, Renaissance Italienne, Street Art, etc.). Depuis quelques années, il se passionne pour la réalisation de courts-métrages sur l’art : Van Gogh, Bacon, Duchamp, Freud, Lacan, etc., et récemment sur Frédérique Nalbandian et Martine Doytier (M. Martin, Le Carnaval de Martine Doytier), et d’autres à venir. Il prépare actuellement un ouvrage sur Modigliani et écrit la biographie de Martine Doytier qui sera publiée dans le catalogue de sa première rétrospective, en 2022.

Site internet
www.alainamiel.com

Cinq  questions à Christian Arthaud
avril 2021

Quand et comment avez-vous connu Martine Doytier et quelles étaient vos relations ?

J’ai entendu parler de Martine Doytier lorsque j’habitais, encore lycéen, à Draguignan. Je crois avoir vu un reportage à la télévision aux informations régionales annonçant son exposition à la galerie de Frédéric Altmann à Flayosc. J’ai un souvenir diffus de ma visite avec un ami qui habitait non loin de la galerie. Par contre, je me souviens très bien qu’on parlait d’elle comme de la jeune femme peintre qui fait des personnages avec de gros yeux noirs. Peut-être y eut-il un ou deux articles dans Nice-Matin qui furent prétexte à commenter ses tableaux, en famille à la maison ou au Bar des Philosophes où je retrouvais mes amis. Dans les années 70, l’art naïf avait le vent en poupe mais nous nous rendions bien compte que l’œuvre de Martine Doytier ne devait rien à ce contexte.
Je n’ai rencontré Martine que bien plus tard, sans doute en 1979 dans le Vieux Nice. En tant que compagne de Marc Sanchez, qui dirigeait la galerie d’art contemporain des musées de Nice (dite « la GAC » et où, avec Katy Remy, j’allais bientôt organiser des rencontres littéraires, des soirées-actions, des lectures, des projections audio-visuelles, etc.), je l’ai donc très souvent croisée pendant cinq ans et j’ai eu quelques occasions de discuter avec elle. Une conversation m’est restée, sans doute fin 1983, chez elle rue de la Préfecture. Elle était offusquée que je puisse imaginer remplacer Marc à la tête de la GAC ! Marc venait en effet d’annoncer son projet de quitter Nice pour Bordeaux (le capc) et Claude Fournet, le directeur des musées de Nice, m’avait fortement incité à me porter candidat pour lui succéder. J’avais bien compris que son agressivité, assez inhabituelle à mon égard, dissimulait mal une réelle difficulté à envisager cette situation nouvelle. Plus tard j’ai compris qu’elle en souffrait. 

Pouvez-vous décrire le caractère et la personnalité de Martine, en tant que personne privée mais aussi comme personnalité publique ?

Martine avait un statut très particulier puisque le monde artistique (niçois, mais également international) d’alors se focalisait sur Supports/Surfaces, l’art conceptuel, la réactivation de la notion d’avant-garde à travers des performances, l’art corporel, la musique expérimentale, l’appropriation de l’œuvre de Marcel Duchamp, etc. Sa peinture, figurative, autodidacte, techniquement admirable, était observée comme une étrangeté. Elle me paraissait donc isolée. Elle toisait les membres du réseau de Marc avec ironie. Ce qui ne l’empêchait pas de nouer des amitiés et j’ai le souvenir de soirées très sympathiques. Son travail n’avait évidemment pas grand-chose à voir avec les peintres du dimanche ni avec les artistes dits naïfs qui reproduisent à l’infini des poncifs enfantins. Sa singularité était du même ordre que les vrais peintres, qui ont tout simplement un parcours et un langage plastique personnels, indépendamment des pressions de l’époque, sans parler des modes. La personnalité de Martine me semblait donc marquée par cet isolement intellectuel qui allait immanquablement restreindre la notoriété vers laquelle la qualité de son œuvre aurait pu (aurait dû) la conduire. D’une certaine manière, avec le recul, je pense que sa posture d’artiste (travail sur chevalet, fond réaliste) créant des œuvres dans lesquelles elle s’investissait totalement (à travers ce qu’elle ressentait, ce qu’elle vivait) produisait une certaine gêne. Comme si elle portait une vérité difficile à admettre. 

Comment, dans les années 70-80, était perçu son travail d’artiste et quels étaient ses liens avec le milieu artistique ?

Je viens d’y répondre ci-dessus.

Quel regard peut-on porter aujourd’hui, en 2021, sur l’œuvre de Martine Doytier ?

Les tableaux de Martine Doytier sont autant d’autoportraits. Même les personnages que l’on peut identifier (Ben, Lepage, Dolla, Arman, César, etc.) semblent un mélange de deux physionomies, la leur et celle de Martine, comme si elle contaminait son environnement par son regard. La contagion règne : le passé avec le présent, le bonheur avec le malheur, Beaubourg avec le facteur Cheval !  L’œil des personnages est toujours à la fois joueur et inquiet. Très noir et très scintillant. Même les couleurs les plus vives s’assombrissent sous son pinceau. Les compositions semblent toujours révéler ce qui est interne (caché, rejeté, oublié) pour le révéler à la lumière d’une tendre noirceur, comme le feraient des écorchés. Ça grouille de vie et de mort. Aujourd’hui, nul ne contestera l’importance d’une œuvre aussi puissante qu’énigmatique. D’ailleurs, qu’y a-t-il d’autre dans l’histoire de l’art que des destinées incomprises ? 

Quelle(s) autre(s) question(s) auriez-vous aimé que l’on vous pose et, s’il y en a, pouvez-vous les formuler et y répondre ?

Pas d’autre question.

 

Christian Arthaud est né en 1956 à Saint-Raphaël. Il vit et travaille dans l’arrière-pays niçois. Il a été conservateur adjoint du Musée Matisse de Nice puis a dirigé une entreprise de transport d’œuvres d’art. Il collabore régulièrement avec de nombreuses revues, écrit des textes critiques sur plusieurs artistes et organise des rencontres de poésie. Il est également conférencier et il a été commissaire de plusieurs expositions telles que « Raymond Roussel » au musée des Beaux-Arts Jules Chéret, « Écrit à Nice » à la Galerie d’art contemporain des musées de Nice, « Matisse l’art du livre », « La Céramique Fauve » ou « Le Mythe méditerranéen » au musée Matisse, avec Xavier Girard, « Picabia » au Musée d’art moderne et d’art contemporain de Nice, « L’Art et la scène », à la Galerie d’art du Conseil Général des Bouches du Rhône, « Jacques Dupin » au Théâtre de Privas, « Éloge de la fabrique – Picasso et les contemporains » au musée de Vence. Il prépare actuellement une exposition intitulée « Le Surréalisme et la littérature » qui se tiendra à l’été 2021 à Aix-en-Provence.

Sites internet
cipmarseille.fr/auteur_fiche.php?id=1704
www.sitaudis.fr/Poetes-contemporains/christian-arthaud.php

Cinq questions à Sylvette Maurin
Avril 2021

Quand et comment avez-vous connu Martine Doytier et quelles étaient vos relations ?

Martine Doytier, ce fut tout d’abord, dès mon « retour » à Nice, en 1978, alors que j’occupais (grâce à Jacques Fassola, organisateur de festivals consacrés aux Arts et Cultures de Bali, proche de Claude Fournet alors Directeur des Musées de Nice) une modeste fonction d’accueil à la Galerie d’art contemporain des Musées de Nice, auprès de Marc Sanchez, la surprenante arrivée, dans la lumineuse entrée de cette Galerie, d’une très élégante personne, accompagnée d’un magnifique canidé. Grande, majestueuse, élégante, juchée sur de beaux et hauts talons, une Dame ! Visage aux traits affirmés, sourcils épilés, celle dont je découvris le nom et le prénom plus tard, ne pouvait laisser indifférents ceux et celles qu’elle croisait, en ses régulières allées et venues entre son domicile particulier du Vieux Nice, les trottoirs ensoleillés du Quai des États-Unis, où elle promenait régulièrement son splendide compagnon à quatre pattes, et les différents espaces niçois dédiés aux arts visuels et à la culture. À cette époque-là, nos relations ne relevaient d’aucun caractère particulier. Nous ne faisions que nous « croiser ». 

Pouvez-vous décrire le caractère et la personnalité de Martine, en tant que personne privée mais aussi comme personnalité publique ?

Martine Doytier était une personne au caractère très affirmé. Elle donnait l’impression de savoir, de façon assez stricte et précise, qui elle était, ce dont elle était porteuse, tant sur le plan intime, privé et personnel, que dans sa vie professionnelle. Je n’ai jamais établi de relations de proximité avec elle car elle m’intimidait fort. Elle m’en imposait et elle maintenait, entre elle et moi, une distance que je ne me suis jamais autorisée à transgresser ou à franchir.  Je la croisais souvent, aux côtés de son compagnon Marc Sanchez, dans les différents vernissages, et ce jusqu’à mon départ de Nice, pour le désert du Néguev, en 1982. Elle nous rendait parfois visite dans les locaux de l’Atelier de la rue Saint-Vincent où je travaillais aux côtés des artistes de l’Atelier. Là encore, la prestance de ses allures et la perspicacité de ses propos m’impressionnaient beaucoup. Martine en « imposait » fortement ; et rares furent celles et ceux qui purent, publiquement, l’ « amadouer » d’une quelconque façon.     

 Comment, dans les années 70-80, était perçu son travail d’artiste et quels étaient ses liens avec le milieu artistique ?

Alors là, c’est vraiment le « scandale » de cette décennie, en ce qui concerne tout au moins l’ensemble du tissu artistique et culturel niçois et même de toute la région Paca. Car elle n’eut pas de son vivant, en dehors de quelques rares, bien trop rares, mises en exergue, commandes et autres honneurs qui auraient dû lui être prodigués de façon « titanesque », la reconnaissance du milieu artistique et de ses professionnels qu’elle méritait, très haut la main ! Une telle artiste ! Un Titan, vraiment, et non des moindres. Personnellement, j’étais absolument subjuguée par sa puissance créatrice, par l’importance des forces intérieures que cela supposait et par ses maitrises techniques, qui étaient d’une ampleur et d’une force colossales ! Comment pouvait-on, en tant que professionnel des arts visuels dans cette ville, ne pas porter aux nues et honorer de multiples façons de tels talents ? Martine était une PEINTRE, une immense peintre ! Sa maîtrise des différents outils afférents à ces pratiques étaient sans limites. Elle jouait avec les pinceaux, elle dansait avec les couleurs, elle dessinait les mondes qui l’entouraient et qui l’habitaient avec une maitrise hors normes. Il me semble qu’elle faisait « peur », tant elle était douée ! Ah oui, ils et elles avaient peur, dans leurs petits cénacles ! Bon, certes, elle ne leur facilitait pas la vie, puisqu’elle jouait sur tant de « tableaux » à la fois. Caricaturiste de grands talents, affichiste remarquable, sculpteur dans différentes matières, et surtout peintre ! Alors là, c’était plus que l’on pouvait en supporter aux Royaumes du Réalisme Nouveau et des Surfaces Supportées ! Peintre et femme de surcroit, diantre ! Elle fut maintenue à l’écart, de façon scandaleuse. Certes, son caractère et sa personnalité ne facilitaient sans doute pas les choses mais, professionnellement, on se devait de passer outre et d’aller à la rencontre de son génie.      

Quel regard peut-on porter aujourd’hui, en 2021, sur l’œuvre de Martine Doytier ?

Eh bien, tous les regards que l’on peut accorder à un génie pictural, tout simplement. Reconnaitre et honorer ce travail, sans aucune limite. Et ce qu’accomplit ce site, au questionnaire duquel je réponds avec grand plaisir, devrait être répercuté de façon très forte, dans toute la Ville de Nice et dans la Région Paca, si ce n’est à l’international. Des expositions devraient lui être consacrées, des ouvrages, des colloques, des rencontres, que sais-je encore. Et déjà le minuscule square « Martine Doytier », qui se trouve devant la Villa Arson, sur la colline Saint Barthélémy (et que je découvris par le plus grand des hasards !), qui est à l’abandon, devrait être réhabilité, et le travail de Martine Doytier entrer de plein pied (sur les hauts talons qu’elle affectionnait tant ! ) dans les murs de cette Villa, de différentes façons. Ce silence est une honte !    

Quelle(s) autre(s) question(s) auriez-vous aimé que l’on vous pose et, s’il y en a, pouvez-vous les formuler et y répondre ?

Non, tout va bien. Ce site et tous les hommages qu’il subodore à l’égard du travail de Martine Doytier est le bienvenu.

Sylvette Maurin est née à Hussein Dey en Algérie, en 1947, et arrive à Nice en 1962. Après des études de Littératures Francophones à l’Université de Nice, elle s’exprime au théâtre, à partir de 1966, aux côtés de Richard Monod, puis, en 1967-1968, auprès de Gilbert Pedinielli. Elle voyage ensuite au Maroc et au Sénégal où elle s’imprègne de l’art et de la culture pour en retranscrire des pans dans ses différents travaux. Durant ces années, elle s’exprime à la fois comme artiste en arts visuels, écrivaine, organisatrice d’événements culturels ou chroniqueuse de jazz pour le Jazzophone. En 1978, elle a contribué à fonder l’Atelier à Nice avec plusieurs autres artistes, lieu de travail et d’exposition dans lequel elle a travaillé jusqu’en 1982. Depuis 2019, elle vit à Santa Cruz de Ténérife où elle travaille sur des éléments des cultures Guanches et sur les socles de « Basalte(s) », en résonance avec d’autres créateurs, au Sénégal et dans les espaces Macaronésiens .