La Peinture de l'autobus
1982

Martine Doytier, « La Peinture de l’autobus », 1982, huile sur panneau Isorel, 27 x 35 cm.
Collection Jean Ferrero, Nice. MD31.

À la fin de l’année 1982, Martine Doytier entreprend la peinture de l’autobus que lui a commandée que la Ville de Nice pour célébrer le 150e anniversaire de son réseau de transports en commun.

Pendant les mois qui précèdent, entre août et octobre, elle réalise plusieurs études préparatoires pour mettre au point le dessin de la déchirure qui va faire tout le tour de l’autobus et montrer un monde mécanique intérieur improbable. Plusieurs dessins au crayon noir, très détaillés et sombres, montrent que l’intérieur de cet autobus sera composé de roues, courroies, bielles et tuyaux.

Pour affiner encore sa technique et mettre au point la gamme de couleurs, va peindre un petit tableau qui montre la déchirure située à l’arrière gauche du véhicule, juste sous la plaque d’immatriculation. Deux personnages sont  au travail, clé plate en main et au regard un peu inquiet, ils ne seront pas conservés dans le projet final. L’un d’entre eux s’agrippe à la carrosserie, l’autre a un pied dehors posé au milieu des pinceaux de la desserte de Martine. Le monde peint et le monde réel se mélangent, un écrou est d’ailleurs posé au milieu des tubes de couleur.

Très bientôt, en novembre et décembre 1982, c’est au grand autobus que Martine s’attaquera. Mais ceci est une autre histoire…