La Famille Altmann
1971

Martine Doytier, « La Famille Altmann », 1971, huile sur toile, 80 x 60 cm.
Collection privée, Nice. Inv. MD11.

En 1971, Martine Doytier était proche de la famille Altmann et ce tableau, le seul portrait de famille qu’elle n’ait jamais réalisé, en est la preuve.

À cette époque, Martine était mariée avec Jean Delacquis dont le meilleur ami s’appelait Frédéric Altmann. C’est sa famille qui est représentée dans ce tableau : Frédéric, à gauche, Jean-Sébastien, son frère, à droite et, entre eux, Antoinette, l’épouse de Jean-Sébastien. Le militaire décoré, dont le portrait est accroché au mur, est un personnage imaginaire.

Des motifs décoratifs occupent une grande part du tableau : fleurettes sur le mur, carreaux rouges et blancs de la nappe, rayures du tissus d’une chemise et d’un gilet, carrelage du sol rapidement dessiné. La fenêtre est traitée très simplement, tout comme le paysage que l’on aperçoit à travers la fenêtre ou encore les deux pommes et la bouteille posées sur la table.

Bien plus que le décor et les objets, ce sont les visages des personnages qui préoccupent Martine car elle souhaite les rendre les plus expressifs possibles. On voit le soin qu’elle y a apporté : même si les joues sont encore un peu trop colorées, les yeux sont bien dessinés, les nez sont travaillés ainsi que le modelé des visages ou le dessin des lèvres. Tous les trois regardent devant eux, ils ne sourient pas et paraissent même un peu préoccupés : Frédéric semble effrayé, Antoinette se tient le visage et Jean-Sébastien est songeur. À noter, l’apparition d’un objet qui va devenir récurrent : une montre à gousset sur le gilet de Jean-Sébastien Altmann.

C’est un portrait de famille à l’ancienne, un peu figé et raide, à l’instar des photographies de famille du XIXe siècle pendant la prise de vue desquelles il fallait rester parfaitement immobile sous peine d’être flou, ce qui interdisait tout sourire, comme chez la famille Altmann.