La Machine à fabriquer les arbres
1972

Martine Doytier, « La Machine à fabriquer les arbres », 1972, huile sur toile, 66 x 82 cm.
Collection privée, Nice. Inv. MD44.

La Machine à fabriquer les arbres fait partie de la série des premiers tableaux peints en 1972 par Martine Doytier et dans lesquels apparaissent des structures mécaniques complexes. Ici, le sujet central est une machine utopique qui permet de transformer les arbres morts en arbres vivants.

Une mystérieuse machine dont l’entrée fait penser à une broyeuse délivre à sa sortie un bel arbre vert au feuillage opulent ! Quelques techniciens s’affairent autour d’elle. A y regarder de plus près, les systèmes mécaniques semblent bien étranges. On y trouve de curieuses pièces rondes coupées en deux parties inégales, des objets métalliques aux formes peu fonctionnelles, des roues sans axe central et des sortes d’éventails ouverts à la fonction peu compréhensible. Rien, ici, n’est fonctionnel ! Martine s’amuse et sa machine tient plus du conte de fées ou du dessin surréaliste que de l’atelier mécanique ! Nous ne sommes pas dans un monde réel et les collines rondes alentour sont elles aussi bien peu naturalistes à moins qu’il ne s’agissent de bosquets générés par la machine !

Parallèlement, d’autres scènes sont bien plus réelles. Un jardinier ratisse la terre, un couple batifole dans les fourrés, deux enfants jouent dans les arbres et un homme accroupi plante soigneusement de petits arbustes.

Du côté de la technique picturale, Martine est de plus en plus sûre d’elle. Les perspectives s’enrichissent de détails raffinés, la végétation se diversifie en formes et en coloris et le ciel lourd chargé d’orage est tout en mouvement.

La Machine à fabriquer les arbres décrit un petit monde dans lequel ne se déroulent que des choses positives. On y joue, on s’y embrasse, on redonne la vie. C’est un bel hommage optimiste à la nature et à l’être humain. Cinquante ans après avoir été peint, il pourrait encore être utile pour rêver nos lendemains écologiques et amoureux !