M. Martin
1976

Martine Doytier, « M. Martin », 1975-1976, bois de mélèze peint à l’huile, moteur,
ampoule électrique, automate et objets divers, dimensions variables.
Collection Donation Jean Ferrero – Ville de Nice. MD22.
État de l’œuvre après la restauration effectuée par Maria Letizia Profiri en 2023.

C’est en novembre 1975 que Martine Doytier décide de s’attaquer à la réalisation d’une sculpture monumentale et animée. Elle qui depuis 1971 n’avait réalisé que des tableaux peints à l’huile, ressent à présent le besoin de s’exprimer en volume.

En octobre, elle quitte son minuscule studio de la rue de l’Abbaye pour s’installer, quelques centaines de mètres plus loin, dans un appartement situé au 3 rue de la Poissonnerie, toujours dans le Vieux-Nice. Cela change beaucoup de choses, car, non seulement elle peut maintenant accueillir son fils, mais elle dispose d’un atelier dans lequel elle peut travailler avec plus d’ampleur.

Son ami Jean Ferrero lui procure un tronc de mélèze d’un mètre de diamètre et d’un mètre cinquante de hauteur et elle s’achète tout le matériel nécessaire au sculpteur sur bois : gouges, ciseaux, maillets, râpes et rifloirs. Quelques semaines plus tard, la sculpture a un regard, un visage, des épaules, un torse. Soudain, un personnage des tableaux de Martine apparaît en volume et occupe l’espace : il s’appelle M. Martin.

Sculpté dans le bois, il est peint en couleurs comme un tableau. Les couches de préparation à base de gesso et les couleurs à l’huile font oublier la matière du bois créant une surface lisse et colorée en glacis qui renforce l’impression que M. Martin s’est échappé d’un tableau en prenant vie et volume.

Double masculin de Martine, il s’affronte en silence au monde réel. Mais s’il est privé de bouche, comme l’ouvrier du tableau Face à face de 1972 dont il s’inspire, il ne sera pas privé de mouvement. Derrière lui, toute une mécanique faite de rouages et de courroies s’anime et s’éclaire. On y trouve même un double du double : un petit automate qui lutte contre le temps en frappant de ses marteaux métalliques des mécanismes de montres.

M. Martin est la pièce centrale de l’exposition que Martine présente à la galerie l’art marginal au début de l’année 1977. Dans l’espace peint en vert sombre, il est entouré de ferrailles et d’objets de rebut. Impossible à approcher, muet, au regard noir fixe et aux mains fermées, M. Martin est bien seul dans sa lutte contre le temps rythmée par les chocs des marteaux qui ressemblent étrangement au tic-tac d’une horloge…